Home
Changement social PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Jules Dumas Nguebou   

La touche des Universités Itinérantes Citoyennes

ASSOAL, Actions Solidaires de Soutien aux Organisations et d’Appui aux Libertés, qui est une association camerounaise travaillant à la promotion de la justice sociale et de la citoyenneté dans les quartiers défavorisés de la ville de Yaoundé, a fait le constat à la fin des années 1990 que l’ignorance était à la source de bien des conflits mais également de la marginalisation de certaines populations de la vie publique et sociale, ceux-ci n’ayant qu’une idée limitée des voies et procédures leur permettant de résoudre leurs problèmes.

ASSOAL s’est donc interrogée sur la meilleure façon de transmettre l’information et de former les habitants des quartiers défavorisés pour qu’ils puissent eux-mêmes défendre leurs droits et prendre une part active au développement de leur quartier. La majorité d’entre eux étant préoccupé par la survie quotidienne, la probabilité qu’ils prennent le temps de se déplacer pour assister à une conférence dans une salle éloignée de leur domicile était minime. Ainsi est née l’idée de rejoindre les habitants directement sur leurs lieux de vie, afin que l’information transmise soit au plus près de leurs réalités quotidiennes et de leurs préoccupations. Les Universités Itinérantes Citoyennes étaient lancées, auxquelles se sont adjointes par la suite les Université Fixes Techniques.

 « Si nous avons chacun un objet et que nous les échangeons, nous avons chacun un objet. Si nous avons chacun une idée et que nous les échangeons, nous avons chacun deux idées. » (Proverbe chinois)

Les Universités Itinérantes Citoyennes, comme les Universités fixes techniques, sont des moments de partage des savoirs entre des experts, des personnes qualifiées qui détiennent un savoir intellectuel, scientifique ou technique et des citoyens qui connaissent la réalité de leur quartier et qui possèdent bien souvent de réelles connaissances empiriques. De cette rencontre nait une ouverture, de nouvelles opportunités, une meilleure compréhension et conscientisation de tous permettant à chacun d’avancer dans la résolution de ses problèmes concrets mais aussi de mieux assumer son rôle de citoyen actif pour le développement local et l’amélioration des conditions de vie de tous.

Les Universités Itinérantes Citoyennes, depuis leur origine, se déplacent de quartier en quartier, et de ville en ville pour multiplier les lieux de diffusion de l’information et de production des savoirs au sein même des espaces publics populaires. Les Universités fixes techniques, quant à elles, sont en quelque sorte une étape intermédiaire qui vise à former des personnes ressources issues des quartiers défavorisés afin qu’elles acquièrent des connaissances techniques qui leur permettront ensuite de jouer un rôle d’animateur-relais, d’accompagnateur, de médiateur, dans leur quartier sur des questions spécifiques nécessitant un socle de connaissances de base.

Les Universités Itinérants Citoyennes et les Universités fixes techniques appartiennent ainsi au champ de l’éducation populaire qui répond à une triple démarche :

• Une démarche de production sociale des savoirs, sans hiérarchie entre ces savoirs et ces connaissances

• Une démarche citoyenne, pour partager et construire ensemble

• Une démarche d’acquisition et d’exercice de ses pleins droits économiques, sociaux, culturels, politiques, civiques.

Enjeux

1) L’accès au savoir et à l’information étant bien souvent l’apanage des élites, l’enjeu des UIC et des UFT est une diffusion large des connaissances au plus grand nombre de citoyens. Il s’agit également d’éveiller les consciences au rôle que chaque citoyen, quelque soit son milieu d’appartenance ou son origine, peut et doit jouer au sein de la société, aux côtés de l’ensemble des autres acteurs.

2) Les Universités Fixes Techniques visent à constituer un pool des personnes ressources qui pourront relayer l’information dans leur quartier / ville / village respectif. L’objectif est que les informations, connaissances, savoirs soient diffusés au plus proche des habitants, de manière permanente.

3) Les Universités Itinérantes Citoyennes se veulent un moment fort d’expression citoyenne où tous sont invités à s’approprier les thèmes abordés et où chacun est amené à participer au débat public. L’objectif final est de former les citoyens pour qu’ils deviennent acteurs à part entière du développement de leur quartier, de leur ville et de leur pays.

4) En incitant les pouvoirs publics, en particulier via les Bureaux d’Appui au Développement des Quartiers, à assister aux UIC et aux UFT, celles-ci offrent une opportunité de renforcer le dialogue entre les citoyens, les organisations qui les représentent et les autorités publiques.

Historique de l’action

Les premières UIC / UFT sont organisées par ASSOAL depuis 1998, avec une formalisation en 1999, grâce au soutien du « projet pro-démocratie » de la coopération canadienne. Elles visaient à l’époque à conscientiser les participants sur leur rôle de citoyen, sur l’importance de prendre part au vote, sur les différentes instances politiques les représentant. Les UIC / UFT avaient alors lieu à la fois dans différents quartiers de Yaoundé et dans différentes villes du Cameroun.

A partir de 2005 – 2006, les UIC se sont centrées sur les questions liées à l’habitat et au foncier, qui sont des problématiques centrales dans la vie quotidienne des habitants des quartiers rencontrés. C’est alors que s’est développé le concept de « Cliniques d’Information Juridique et d’Education à la Citoyenneté » couplée à celui de « Balcons de droit » (voir fiche de février 2007). Les balcons de droit visaient à enregistrer les problèmes et les plaintes rencontrés par les habitants et à les répercuter au niveau de la clinique juridique située à ASSOAL. Celle-ci mobilisait ensuite les personnes ressources capables d’apporter un appui pour une situation donnée.

En 2009, suite à la réalisation d’études sur la situation foncière dans seize quartiers de Yaoundé, on s’est rendu compte que l’importance du titre foncier, et les procédures d’obtention étaient loin d’être maîtrisées. Or 80% des habitants de Yaoundé vivent sur des terrains non titrés, ce qui rend hypothétique l’installation définitive de milliers des ménages sur leur lieu d’habitation. C’est pourquoi ce thème a été retenu pour les UIC 2009, et repris en 2010.

Les UIC 2010, sous le financement des partenaires tels que CORDAID, le SCAC, UMOJA, la Délégation de l’Union Européenne au Cameroun dans le cadre du programme PDQUD (Programme de Développement des Quartiers Urbains Défavorisés) ont également retenu comme thème « Vivre en harmonie dans un quartier sain » qui visait à sensibiliser les habitants sur le fait que l’objectif n’est pas seulement d’acquérir un logement, mais de faire en sorte que l’environnement dans lequel on vit offre de bonnes conditions d’hygiène, d’assainissement et de santé et qu’il favorise l’épanouissement personnel, le bien être individuel et collectif. Pour cela, les efforts conjugués de tous sont nécessaires pour transformer le quartier, d’où l’importance de se regrouper au sein d’organisations d’habitants / citoyens, telles que les associations de quartier, les mutuelles ou coopératives d’habitat. Les habitants étaient également incités à prendre les devants, sans attendre une hypothétique intervention providentielle des pouvoirs publics, pour faire valoir leurs droits et les intérêts de leur quartier dans un dialogue constructif avec les autorités publiques sur les questions d’habitat (logements, foncier, route, réseaux d’eau et d’électricité …).

Ont pris part à ces ateliers ouverts au grand public, près de 3200 habitants de la ville de Yaoundé. On a noté une attention très prononcée des habitants sur la question foncière et les échanges ont contribué à initier dans ces quartiers la mobilisation des bénéficiaires en Mutuelle et Coopérative d’Habitat pour défendre leurs droits d’accès à la terre et à un Habitat décent.

Présentation de l’évènement 2011

Les UIC 2011 sont des rencontres des citoyens venant des différents quartiers de la ville de Yaoundé, appuyés par des organisations, des médiateurs, des comédiens, des universitaires formés. Ils se tiendront du 01 juin au 31 Août 2011 dans la ville de Yaoundé et dans divers lieux de la capitale politique du Cameroun. Tous les citoyens y sont conviés. C’est aussi un outil de découverte du territoire, des potentialités et du capital cognitif existant, des capacités des organisations locales. Cet évènement annuel qui se tient particulièrement en période de vacances scolaires au Cameroun, est un moyen fondamental pour jeter un regard profond sur nos tares dans les quartiers, faire une analyse rétrospective des difficultés rencontrées par les habitants et évaluer le niveau de mise en œuvre des Plans de Développements de Quartiers.

Bonne participation.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Votre avis compte

A votre avis, les Mutuelles de santé sont: