Home Editorial Jeu de rôles
Jeu de rôles PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Jules Dumas Nguebou   

Déclinés sous le vocable « doléances », les citoyens camerounais ne ratent pas une occasion pour revendiquer la non-satisfaction de leurs droits économiques, sociaux et culturels. Les visites des élites, des meeting politiques, des tournées des autorités administratives sont des moments privilégiés au cours desquels les citoyens font entendre leur voix. Les besoins exprimés par les populations relèvent du devoir régalien de l’Etat.

En général, il y a toujours disproportion entre les besoins exprimés et les moyens dont dispose l’Etat pour y apporter des solutions. Comment doit-on alors procéder pour mettre en cohérence, la demande sociale, les moyens financiers affectés, et la planification de l’Etat central ?

Les citoyens, dans leur vie quotidienne, ne ressentent pas toujours un impact sur les investissements publics au Cameroun. Les besoins sont nombreux et pressants, et la réponse du gouvernement lente ou inexistante dans certains cas. Des populations dans des villages même de la région du Centre n’ont jamais vu un véhicule passer devant leur porte, et pourtant, ces villages sont réputés être de grands bassins de production agricole. Absence de routes ou routes mal entretenues là où elles existent, difficile accès à une eau de qualité, infrastructures sociales de base inexistantes ou dépassés, la satisfaction des DESC au Cameroun reste mitigée.

Dans des villages et des zones périurbaines, des élites politiques construisent des infrastructures : écoles, centre de santé, mais parfois les personnels de l’Etat affectés ne rejoignent pas leurs postes. La gratuité de l’école primaire est toujours à l’ordre du jour, mais est synonyme, dans bien des cas, de désengagement de l’Etat du secteur de l’éducation. Du coup, dans notre contexte, les parents recrutent des enseignants bénévoles et les paient sur les fonds de l’Association des parents d’élèves et enseignants. Ils achètent des tables-bancs, du matériel didactique, construisent ou réfectionnent des salles de classes. Si cette situation peut être justifiée dans les zones reculées, la pratique a cours dans les écoles primaires et secondaires des villes de Yaoundé et Douala.

Le taux de mortalité maternelle est passé de 600 décès sur 100.000 naissances en 2004 à 788 décès en  2011. Cette situation est la conséquence du gel de la formation des sages-femmes et de leur recrutement par les pouvoirs publics. L’accès au service d’approvisionnement en eau et en électricité des populations est en deçà des attentes. Or, le Cameroun doit rendre compte à la communauté internationale des avancées accomplies en vue d’assurer le respect des DESC car, le Cameroun a ratifié le Pacte International relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels qui stipule en ses articles 16 et 17 que :

 « Les Etats Parties au Pacte s’engagent à présenter, conformément aux dispositions de la présente partie du pacte, des rapports sur les mesures qu’ils auront adoptées et sur les progrès accomplis en vue d’assurer le respect des droits reconnus dans le Pacte. »

Pendant que le Gouvernement présente le rapport sur les progrès accomplis, les organisations de la société civile présentent à leur tour, présentent  un rapport dit alternatif  qui explique les différents manquements du gouvernement, les écarts entre ce qui est fait et ce qui aurait dû être fait. Dans ce schéma, il est clairement question d’un jeu de rôles entre les pouvoirs publics qui annoncent généralement que de bonnes nouvelles, et la société civile, plus proches des populations qui présentent la situation réelle.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Votre avis compte

A votre avis, les Mutuelles de santé sont: