Home Grand dossier Lutte contre la pollution: Hysacam et la Sabc fouillent dans les poubelles de Nsam-Efoulan
Lutte contre la pollution: Hysacam et la Sabc fouillent dans les poubelles de Nsam-Efoulan PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Après Douala en novembre 2012, la ville de Yaoundé a servi de rampe de lancement de la campagne Plastic récup, fruit du partenariat entre la Société anonyme des brasseries du Cameroun et la société Hygiène et salubrité du Cameroun.

Ambiance inhabituelle mercredi 05 juin 2013 au lieu dit « Sofavinc « à Yaoundé. Un cordon de sécurité a été déroulé sur une centaine de mètres à proximité de cet endroit très fréquenté par les ménages et les commerces situés dans le voisinage. Une chaîne humaine constituée d’hommes et de femmes vêtus aux couleurs de la Sabc et de Hysacam attend avec impatience le prochain ramassage de la puissante pelle du Caterpillar réquisitionné pour les besoins de la cause. L’exercice est simple : collecter des bouteilles vides issues du drain, les enfouir dans un sac et les acheminer à tour de bras jusqu’au bac à bouteilles installé au bout de la chaîne. Parmi ces éboueurs de circonstance, Pierre Hele, ministre de l’environnement, de la protection de la nature et du développement durable (Minep), Otélé Manda, le maire de l’arrondissement de Yaoundé III, Guillaume Sara, le directeur général adjoint de la Sabc et Michel Ngapanoun, directeur général de la société Hysacam. Les passants et les occupants des taxis qui font le trajet Carrefour Nsam-Mvan, surpris par cette mobilisation, s’interrogent.
Il s’agit en fait du nettoyage du drain de Nsam-Efoulan. Une opération qui donne officiellement le coup d’envoi de la campagne Plastic Récup dans la ville de Yaoundé. Lancée le 28 novembre 2012 à Douala, Plastic récup est une initiative de la Sabc en partenariat avec Hysacam. La campagne vise à récupérer les bouteilles en Pet produites par la Sabc. Ledit drainage permettra aux habitants de cette localité de « respirer » pour quelques temps. Eux qui sont généralement envahis par les eaux après des pluies torrentielles. D’où le large sourire qu’affiche le maire de Yaoundé III qui remercie les deux entreprises citoyennes qui mutualisent leurs forces pour mener à bien la croisade contre la pollution. Pour le directeur général d’Hysacam, « le temps des lamentations est terminée ; l’heure est à l’action. L’initiative de notre société entre dans le cadre de ce que les experts appellent l’économie circulaire qui est un levier de développement. Grâce à Plastic Récup, Yaoundé pourra rehausser son image de ville coquette ».
7 750 000 bouteilles collectées à Douala
A sa suite, Guillaume Sara va annoncer que depuis que le projet a été lancé en novembre 2012, 7750 000 bouteilles ont déjà été collectées à Douala. Un chiffre encourageant au regard de l’objectif de cette campagne qui vise « l’amélioration du cadre de vie dans nos cités » pour reprendre ses propres termes. Pour Pierre Hele, les déchets plastiques constituent un danger pour la nature et pour les populations puisqu’elles portent atteinte à la beauté de nos villes. C’est d’ailleurs l’occasion pour le Minep de lancer un appel aux producteurs des produits pré-emballés à suivre l’exemple de la Sabc et Hysacam. Cette initiative qui est partie d’un constat simple. Le conditionnement en plastique, notamment en Pet (polyéthylène téréphtalate) est le plus usité pour les eaux minérales. Il se trouve cependant que ces conditionnements après consommation de leur contenu sont abandonnés dans la nature. Or ce ne sont pas des produits bio-dégradables.
Leur fin de vie pose de fait des problèmes étant entendu qu’ils sont mis à la décharge. Il suffit de voir comment ils s’agglutinent dans les cours d’eau et dans les différentes décharges. Face à cette alerte, l’hypothèse du recyclage des bouteilles en Pet est apparue comme la solution la plus crédible pour endiguer la pollution de notre environnement par les conditionnements en Pet. Pour la Sabc, il s’agit dès lors de réduire l’empreinte écologique de son activité de production et de commercialisation des eaux minérales. Il a donc fallu définir pour la Sabc, un principe incitatif destiné à motiver les consommateurs d’eau minérale à retourner leurs bouteilles vers la Sabc. Contre 10 bouteilles vides déposées dans un bac à bouteilles, les consommateurs reçoivent un ticket donnant droit à une bouteille chez les détaillants.

                                                                                                                  Philibus LEVE

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Votre avis compte

A votre avis, les Mutuelles de santé sont: