Home Développement local Renforcement des capacités
Renforcement des capacités PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Rodrigue TAKANG   

Les acquis du Pasc dans le Centre

 L’organisation relais du Pasc dans la Région du centre  a mis en œuvre un package d’actions techniques à fort potentiel de changement dans les localités concernées.

 

Yaoundé, Mbalmayo Akonolinga, Nanga Eboko, Bafia, Ntui, et Ebebda, tels sont les localités qui ont bénéficié des appuis Pasc dans le Centre. La toile de fond des activités menées par l’organisation relais du Centre, Assoal ont porté essentiellement sur le renforcement des capacités.  Les ateliers de formation ont permis de créer une dynamique de déploiement des OSC autour des thématiques qui étaient abordées. Les actions mises en œuvre concernent  prioritairement le contrôle citoyen, la redevabilité sociale et la participation.

Deux principales actions constituent l’essentiel des éléments pouvant être considérés comme acquis de la mise en œuvre du plan de renforcement des capacités à savoir : la stimulation d’actions techniques précises à fort potentiel de changement dans les localités concernées, et la capitalisation aposteriori des actions menées par les organisations dans une optique de meilleure formulation de leurs thématiques.

Ces acquis techniques consécutifs aux ateliers de formation  dotent les organisations dont sont issus les participants, de nouvelles compétences qui renforcent leur capital technique.

Dans le département du Mbam et Kim, l’organisation Orhad a mis en œuvre une activité de suivi des réalisations d’ouvrages d’approvisionnement en eau potable au bénéfice de communautés rurales. L’intérêt est d’assurer une veille citoyenne autour de ce programme afin qu’il bénéficie de façon optimale aux citoyens. Cela passe par une bonne réalisation de ces ouvrages. L’action a vu la reconnaissance de l’administration locale qui a doté l’organisation d’une moto pour faciliter les déplacements de ses responsables.

Le département de la Haute Sanaga, a enregistré une avancée significative dans la participation des Osc : elles ont été sollicitées par les autorités afin de prendre part aux comités locaux de suivi du BIP. Les mêmes démarches ont été enregistrées à Bafia, Ntui, Nanga-Eboko et Ebebda. Ces sollicitations sont les fruits de la participation de ces OSC à l’atelier de formation sur la participation, le contrôle citoyen et la redevabilité sociale.

A Ntui, un groupe de GIC mène depuis plusieurs mois, des actions de sensibilisation qui se sont avérées être en fait des actions de plaidoyer auprès des autorités locales en vue de l’entretien du bac sur la Sanaga. C’est par ce point de franchissement que passe l’essentiel des vivres approvisionnant la capitale camerounaise. On comprend dès lors la portée d’une telle action.

A Mbalmayo dans le Nyong et So’o, des associations se sont mises ensemble pour mener des actions de sensibilisation d’envergure en de vue contribuer à la diminution des accidents de la circulation. La nature de ces actions se situe dans une optique de sensibilisation communautaire et de communication sociale.

Akonolinga, chef-lieu du département du Nyong et Mfoumou a enregistré des actions de préservation de l’environnement visibles à travers les efforts des associations à reboiser.  Cette action entre de plain-pied, à un niveau local, dans une optique d’intervention dans le domaine de la gouvernance environnementale au vu des efforts de concertation engagés entre acteurs aux profils divers autour de telles initiatives.

A ce jours, de nombreuses actions sont en cours et montrent, une prise de conscience à plusieurs niveaux : les autorités qui comprennent la nécessité d’impliquer les acteurs non-étatiques, les populations à la base de plus en plus conscientes de leur rôle, les organisations de la société civile.

 

 

Interview

 

 

 

 Pascal Kamtchueng

« L’approche axée sur la gouvernance fait la particularité du PASC »

 

Le Chargé de projet à Assoal (Organisation relais du PASC dans le  Centre), donne les clés de compréhension des actions et visées de ce projet destiné à la société civile.

 

Qu'est-ce que le projet Pasc a changé dans la configuration et le déploiement de la société civile dans la Région du Centre?

 

Il peut paraitre prématuré d’évaluer les impacts du Pasc à ce jour ; le devis programme N°1 vient à peine de s’achever le second est annoncé vers le mois d’août. Cependant l’on peut tout de même relever des premiers effets du déploiement de ce programme.

En zone rurale, le besoin de renforcement en capacité était assez accru, les notions de base nécessaires à une meilleure implication dans les initiatives de suivi et d’élaboration des politiques publiques au niveau local ont été partagées.  L’on relève à la suite des formations une forte appropriation des différents concepts liés à la gouvernance et son importance dans le développement socio-économique local ; une avancée non négligeable au regard de la forte orientation existentielle de la majorité des OSC rurales.

L’accompagnement des OSC pour un changement de paradigme et la participation aux espaces de concertation a conduit à l’implication de plusieurs OSC dans les espaces de dialogue (Comité départemental de suivi physico financier du BIP à Nanga-Eboko par exemple, à Ntui également). Reste que les OSC saisissent cette opportunité pour agir de façon à influencer véritablement la qualité des décisions et le processus de gestion des marchés publics dans ces départements.

Les appuis financiers aux initiatives de gouvernance ont permis de soutenir quelques actions promues par les OSC. L’on a pu relever à la suite de quelques-unes une réaction encourageante des autorités dans le sens de l’écoute, du dialogue et d’une plus grande prise en compte des idées proposées par les OSC.

 

La pertinence des centres d'intérêts du projet PASC a-t-elle produit les effets attendus au sein des organisations de la société civile au niveau régional?

 

L’on ne peut répondre par l’affirmative au regard des attentes parfois nouvelles qui se font grandissantes, exprimées parfois par des OSC vis-à-vis de l’Union Européenne. Les programmes tels que le PASC sont dans le principe très salutaires pour les OSC qui jusqu’à présent comptent essentiellement sur les subventions des bailleurs de fonds. Cependant dans son déploiement opérationnel, l’action d’un programme ne peut pas à lui seul cristalliser toute l’attention des OSC.  Cela peut paraitre sévère, mais l’évaluation à mi-parcours du PASC conduite en juin dernier est fort illustrative de cette réalité. Et donc pour parvenir à de meilleurs résultats, il importe que l’on évalue avec froideur et objectivité les l’approches stratégiques et opérationnelles, mais aussi la cohérence de l’offre avec la demande, et surtout, la culture de la participation contre celle de l’opportunisme.

 

Quelles peuvent être, parmi d'autres, les meilleurs clichés de réussite de ce projet dans votre zone d'intervention?

 

L’intégration des OSC dans des espaces de concertation au niveau local. C’est le fruit d’un travail de coaching.

L’amélioration du dialogue entre les OSC et les autorités locales. Le RECODH a rendu public un rapport sur la prise en compte des Droits de l’Homme dans les projets structurants. L’on a vu à la suite de celui-ci, l’EDC, grandement indexé dans le rapport du RECODH, produire un contre-rapport amplifié au Président de la République et aux principaux bailleurs de fonds du Cameroun. Cette réaction est pour le moins illustrative de la prise en compte de la position de la société civile par les destinataires de ces avis.

 

Y a-t-il, dans le dispositif de mise en œuvre, des failles qui, si elles sont corrigées, permettraient de produire plus d'impacts?

Comme toute œuvre humaine, le dispositif comporte des failles. Il y a un véritable problème dans l’approfondissement de la dimension participative de l’action. La notion de participation est comme un sacro- saint principe en matière de gouvernance. Les Organisations relais peuvent être dans leur mission des maillons essentiels du dispositif. Ceci suppose une implication dans le processus de planification et de prise de décision. Mais surtout, une adhésion de tous y compris des bailleurs et des professionnels chargés de la mise en œuvre à ces principes. Or dans la planification et la mise en œuvre opérationnelle, le rôle des OR est si non aléatoire du moins non consensuel.

 L'Union Européenne travaille depuis plus d'une décennie dans le renforcement de la société civile: de Foumi I à Fourmi II, en passant par PACDDU. Qu'est-ce qui fait la particularité du PASC par rapport à ces autres programmes passés?

 

Il indéniable que l’action de l’Union Européenne a largement encouragé la participation et sa visibilité dans l’espace public ces dernières décennies. L’appui à la participation des organisations de la société civile (OSC) au processus de programmation, d’exécution et d’évaluation des politiques publiques, dans une approche générale de gouvernance,  constitue l’ossature centrale du PASC.  Cette approche axée sur la gouvernance en fait l’une des particularités au regard des autres programmes qui l’ont précédé, plus axés sur la délivrance des services.  Pour l’instant, cette approche n’a pas encore atteint les impacts potentiels. Mais il faut lui laisser son temps. La présence des OSC dans des espaces stratégiques même faible, commence à devenir un principe. Et quand bien même elle est effective, l’absence de légitimé des OSC qui représentent la société Civile a très souvent  relativisé les opportunités offertes. Or C’est précisément à travers ces cadres de concertation que la société civile réussira véritablement à améliorer sa capacité d’influence sur la mise en œuvre des politiques publiques au niveau local, national et international.

Un espoir important est placé dans la prise en compte par l’Union Européenne des recommandations de l’évaluation à mi-parcours du PASC dans sa feuille de route avec la société civile camerounaise. Les dites recommandations pour l’essentiel appellent à une application effective des accords de Cotonou.

 

 

Mise à jour le Mercredi, 06 Août 2014 10:37
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Votre avis compte

A votre avis, les Mutuelles de santé sont: