Home Développement local Fonds d’appui à la gouvernance
Fonds d’appui à la gouvernance PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Christophe MVONDO   
14 OSC pour 14 Changements

Leurs champs d'actions sont divers et variés. Les organisations de la société civile dans le Région du Centre ont saisi la balle au bond en s'impliquant dans le projet Pasc. Elles en sortent grandie, en témoignent les progrès et les changements qui se sont opérés à vue d’œil. Mais l'atteinte de ces objectifs n'a pas été un long fleuve tranquille. Séminaires, ateliers de formation, de sensibilisation, de mobilisation ont émaillé le processus avec à la clé, les changements obtenus.

Bien des organisations de la société civile, que ce soient celles de la base ou même, parfois celles qu'on pensait plus aguerries, manquaient curieusement des bases formelles pour leur fonctionnement. Manque de traçabilité, système comptable inexistant ou inopérant quand il existe. Des conditions qui les excluaient de tout rapport sérieux avec des bailleurs de fonds au fil des mois, et grâce à l'accompagnement de l'Organisation relais dans le Centre, l'organisation des atelier de formation dans le cadre du renforcement des capacités, des ateliers thématiques, les OSC dans le Centre ont acquis des outils pour leur affirmation au sein de leur rayon de compétence. La pertinence des thématiques abordées au cours de ces ateliers de formation a fini par changer le regard que les autorités ont toujours jetés sur les organisations de la société civile, considérées très souvent à tord comme des regroupements qui manque de contenu et
d'expertise.
 
A Nanga Eboko, l'organisation Sylade dont les responsables ont suivi des sessions de formation dans le cadre des chantiers thématiques a restitué les travaux  dans leur département, la Haute-Sanaga. Une expérience qui a arraché l'admiration de l'autorité administrative. Le Préfet de Nanga Eboko a donc copté l'organisation Sylade au sein du comité départemental de suivi du BIP dans cette localité. Cette expérience peut être considérée comme une "sucess story" n'est pas la seule qui donne de la contenance et de la consistance au projet Pasc dans la région du Centre.
 
la participation citoyenne des organisations de de la société civile a gagné en intensité. Désormais conscients du rôle qui est le leur dans le cadre du suivi de l'action publique, les acteurs non-étatiques du secteur associatif commencent à demander des comptes aux gestionnaires de la chose publique. ils s'impliquent de plus en plus dans le suivi du Budget d'investissement public (BIP), à la gestion des communes, avec notamment un outil qu'expérimente Assoal, l'Organisation relais du Pasc dans le Centre: le Budget participatif. Un outil de gestion qui permet maire de co-gérer la ville avec ses habitants. Le développement participatif inaugure une nouvelle aire dans les relations entre dirigeants publics administrateurs, et les populations bénéficiaires. Or de plus en plus, les populations savent que par leurs impôts et taxes, elles sont actionnaires (majoritaire) du budget de l'Etat. Elles découvrent progressivement leur droit de regard
sur la manière dont ce budget est géré, mieux elles demandent à participer aux choix qui sont opérés et à être information de la mise à exécution des différents chantiers engagés. Un changement qu'il faut mettre à l'actif du renforcement souhaité par le projet d'appui à la société civile.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Votre avis compte

A votre avis, les Mutuelles de santé sont: