Home Actualité La pêche comme débouché pour les chômeurs
La pêche comme débouché pour les chômeurs PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Administrator   

Dans la commune d’arrondissement de Douala 6e, confie le rapport du Consortium Billong&Shulika confie qu’il n’existe ici aucun pôle économique structuré, générateur d’emploi.

 

Dans cette situation, il n’était pas évident d’avoir une visibilité sur les cas éventuels de violation du droit au travail par quelques acteurs que ce soit. L’activité majeure ici est la pêche, elle-même non structurée et pratiquée individuellement par quelques personnes parmi la population qui exercent en réalité chacun pour son compte personnel et quelques fois assistés par un ou deux membres de sa famille.

Seuls les services publics administratifs offrent des emplois formels. Au-delà de ces agents publics, les opportunités d’emploi sont quasi-inexistantes, les jeunes filles et garçons livrés au chômage et au désœuvrement et au vagabondage.

Pour ce qui est du droit des populations à gagner décemment leur vie par un travail librement choisi et accepte incluant le droit à l’orientation et à la formation technique et professionnelle, le rapport indique que « 71.4% des citoyens interrogés estiment qu’il n’est pas respectés au sein de leur commune et d’ailleurs la situation infrastructurelle et d’accès à leur commune n’y est pas favorable ; 16.3% pensent pour leurs part que ce droit est parfois respectés au sein de la commune ; 4.1% pensent que ce droit est souvent respectés ; 8.2% pensent quant à eux que ce droit est toujours respectés. »

Les causes principales de cette situation au sein de la commune sont : l’absence d’une politique locale d’emploi ; l’absence d’un cadre concerté de réflexion sur la dynamisation de l’économie locale.

La commune dispose d’un tissu associatif de femmes et jeunes qui reste faible. Il n’y a aucun acteur travaillant spécifiquement sur la thématique du droit au travail au sein de cette commune. Toutefois, les mouvements associatifs existant tels que le réseau des associations féminines de Manoka, le Conseil communal de la jeunesse sont ouverts à un renforcement de leurs capacités pour des actions éventuelles d’information et d’éducation des masses. 

L’expression culturelle est une réalité au sein des trois communes. Les populations jouissent dans l’une et l’autre commune de la liberté d’expression et de participation à la vie culturelle. Cependant l’expression culturelle au sein des trois communes s’exerce par regroupement ethnique, familiale. Les échanges interculturels ne sont pas une réalité. Le soutien à la création scientifique dans le domaine culturel n’est pas une réalité. Aucun intérêt de la part des populations pour les créations littéraires et artistiques diverses (sauf la musique). Aucun mécanisme communal d’accompagnement des initiatives culturelles au niveau communal. La commune ne possède pas un évènement culturel à l’échelle communal fédérateur de toute la population. 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Votre avis compte

A votre avis, les Mutuelles de santé sont: