Home Santé Médecins Sans Frontières au chevet des réfugiés centrafricains
Médecins Sans Frontières au chevet des réfugiés centrafricains PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Christophe MVONDO   

Jonathan Irwin, le Chef de mission MSF-Cameroun a fait le point sur l’assistance que cet organisme international apporte aux réfugiés centrafricains de l’Est-Cameroun. C’était au cours d’une conférence de presse le 30 juillet dernier à Yaoundé.

 

Epuisés, malades, traumatisés. Les réfugiés centrafricains arrivent au Cameroun dans un état de santé alarmant. Et Médecins Sans Frontières apporte son soutien médical à 50.000 personnes.

Il était assisté pour la circonstance par Gervais MarcialMbogne, un des infirmiers de MSF qui s’occupent des réfugiés sur les sites de Garoua Boulaï, Batouri et Gado

Les deux intervenants ont brossé la situation sur le terrain. « Contrairement aux premières vagues de réfugiés qui sont arrivées rapidement au Cameroun en janvier 2014 par convois ou transports privés, confie M. Irwin, ceux qui traversent maintenant la frontière le font à pied après des semaines, voire des mois, passés à errer à l’ouest de la RCA pour fuir la violence. »  Il cite les chiffres du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (Hcr) qui a indiqué plus de 116.000 personnes ont traversé la frontière centrafricaine pour l’Est du Cameroun.

L’assistance médicale de MSF aux réfugiés est faite en étroite collaboration avec le ministère camerounais de la santé publique. « Nos équipes présentes à Garoua-Boulaï, Gado-Badzere, Gbiti et Batouri pour aider plus de 50.000 réfugiés Msf fournit des soins de santé primaires aux réfugiés et à la population locale », confie  M. Irwin.

Depuis le début des interventions de Médecin Sans Frontière dans cette région, l’organisation a, selon ses propres chiffres, enregistre 4.077 consultations par semaines, 90 hospitalisations, et pris en charge 187 enfants atteints de malnutrition dans la même période.

Parmi les maladies les plus courantes sur les sites de réfugiés, il y a le paludisme, les infections respiratoires, et la diarrhée.

Le chef de mission MSF a également confié que depuis le 10 mai jusqu’à la mi-juillet, sur le nombre total d’enfants réfugiés malnutris sévères avec complications médicales pris en charge dans les centres thérapeutiques nutritionnels intensifs (CNTI) de la région Est, 92% ont été soignés dans les deux CNTI soutenus par MSF à Garoua-Boulaï et Batouri.

Ce soutien médical est un appoint que MSF apporte aux nombreux besoins des réfugiés dans cette partie du pays. Des besoins qui sont estimés à 117 millions de dollars selon Robert Piper, le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour la région du Sahel.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Votre avis compte

A votre avis, les Mutuelles de santé sont: