Les OSC du Nyong et Kéllé initiées au suivi du BIP Imprimer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Eketi martin   

La PASC (Programme d’appui a la société civile camerounaise) à travers  ASSOAL, son Organisation relais pour le Centre accompagne depuis 2013, les Osc du Nyong et Kéllé en vue du renforcement de leurs capacités.

 

Réseau des organisations de la société civile du Nyong et Kéllé (ROSC-NK) a pris part à Yaoundé, du 19 au 20 Mars 2015, à un séminaire de formation sur les méthodes, techniques, analyse et suivi budgétaire.

Le ROSC-NK, relais ASSOAL pour le Nyong et Kéllé et par ailleurs membre du comité départemental du suivi du BIP a organisé un atelier de restitution du séminaire cité ci-dessus à Eséka en vue de s’approprier les enseignements reçus à Yaoundé et les restituer en même temps à environs 20 autres OSC du département. A côté de ces OSC, on comptait des représentants des administrations publiques avec lesquelles une collaboration a été établie dans le processus de suivi du budget d’investissement public (mairie, délégations départementales du Minepat, Minmarp,  communes…)

L’atelier s’est déroulé sous l’œil attentif du représentant d’ASSOAL M. Pascal Kamtchueng.

Après le mot de bien venu du président du ROSC-NK, Martin Eketi qui a relevé l’importance de cet atelier, les participants ont suivi Délégué départemental du Minepat, Joseph Lotin Elesa qui a loué l’initiative du ROSC-NK et a exprimé ses attentes vis-à-vis de la société civile du Nyong et Kéllé.

En plus de son intervention, situant le rôle de son organisation, le représentant de l’OR ASSOAL a fait visionner un CD de la GIZ sur le suivi du BIP dans certains départements, par la société civile, leurs motivations et leurs méthodes. Cela a permis aux participants d’échanger sur les aspects qui ont retenu leur attention.

La restitution faite par le SG du ROSC-NK, Guillaume de Dieu Tiihe, qui avait représenté le ROSC-NK à la session de formation à Yaoundé a essentiellement porté sur un canevas de suivi du BIP en huit points :

Il s’agit d’abord de tenir compte de la localisation et des indications sur le marché public, informations trouvable sur la plaque signalétique publique que le prestataire doit déposer en début d’exécution du projet ; recourir aux sources d’informations officielles, à savoir le contrôle financier, les DD du Minmarp, Minepat, Minatd, CTD, bailleurs de fond.

Il convient de sélectionner les outils à utiliser selon les moyens de l’OSC, de procéder à la formation d’une équipe de travail, au recueil des informations, a leur analyse, à la discussion et au partage des résultats avec tous ceux qui ont intérêt par rapport au projet.

Le partage peut être dénonciateur, si le projet a été mal exécuté, ou appréciateur s’il a été bien exécuté ou s’il change de façon positive les réalités et le quotidien d’une communauté.

Il est aussi important et utile de porter l’attention sur les critères de choix, les objectifs ou ce que recherchent les initiateurs d’un projet dans une localité, ainsi que les conditions de sa réalisation effective. On cite, pour le déplorer, le cas d’un établissement scolaire local, doté de matériel informatiques alors que la localité ne dispose ni d’électricité ni de groupe électrogène.

En somme, les OSC du  Nyong et Kéllé on reçu un rendu fiable du séminaire sur le suivi du BIP, pour se l’approprier.

Les uns et les autre ont été invité à travailler en aillant à l’esprit le bien commun, pour qu’un climat de confiance règne entre les différents acteurs du processus gage d’un bon suivi citoyen du BIP dans le Nyong et Kéllé.

Mise à jour le Vendredi, 31 Juillet 2015 11:39