Droit au logement Imprimer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Christophe MVONDO   

Un guide pour documenter les cas de violation

 Le guide méthodologique simplifié pour l’enquête et la documentation des cas de violations du droit au logement au Cameroun a été présenté à Yaoundé le 29 mars 2016.

 

 L’atelier de présentation du guide par le consultant recruté par ASSOAL pour l’élaboration de ce document a mis sur la table des discussions, la violation du droit au logement des plus pauvres.

Les participants à cet atelier sont revenus sur la question d’accès au logement social que le gouvernement produit et qui est, selon eux, un

« détournement » du projet du président de la République qui avait voulu des logements sociaux accessibles au Camerounais moyen. Il apparait à leurs yeux,  aujourd’hui que les maisons construites dans le cadre du projet 10.000 logements affichent des prix et des conditions d’acquisition hors de porté de la cible du projet.

Alors des questions se posent : pourquoi le gouvernement annonce un programme de logement social alors que ce ne sont pas des logements sociaux qui sont construits ? A qui bénéficie le logement et comment se fait le ciblage des bénéficiaires ? Les acteurs de la société civile y voient un cas de violation flagrante du droit au logement.

Il serait difficile pour l’heure de donner une réponse satisfaisante à ces interrogations. Mais quelques indiscrétions font état de ce que, au Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain, on n’a pas mis à contribution les experts dans le cadre de la mise en œuvre du programme. On a au plus vite voulu satisfaire à la demande du chef de l’Etat. Du coup, des études préalables du coût du logement à produire n’ont pas été menés. En se lançant dans la construction des logements, le MINHDU et ses partenaires de mise en œuvre se sont très retrouvés confronté aux réalités du marché et sont contraints aujourd’hui de vendre des logements dont on dit subventionnés à 9 millions par unité, au prix du marché.

Pourtant, le premier projet de logements sociaux construits à Olembé montre bien le type de logements à construire.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Observatoire National du Droit Au Logement » financé par MISEREOR et mis en œuvre par l’ONG ASSOAL au Cameroun, l’étude sur l’élaboration d’une méthodologie citoyenne en vue de la conduite des enquêtes et la documentation des cas de violations du droit au logement commanditée par ASSOAL a pour but de faciliter l’élaboration de la méthodologie, des outils de collecte, d’analyse et de documentation  des cas de violation du droit au logement. Ce qui est recherché c’est une méthodologie citoyenne d’enquête et de documentation des cas de violation du droit au logement, et un mécanisme citoyen d’alerte, de protection et d’accompagnement des victimes des cas de violation du droit au logement. Au cours de l’atelier de restitution de cette étude, il a été admis que les projets actuels du gouvernement sont une violation desdits droits car le projet 10.000 logements, visiblement, est en train de rater sa cible. L’Etat construit des maisons pour des personnes qui sont capables de réunir 18 ou 23 millions en 12 mois. Ceux qui achètent ces maisons peuvent construire leurs propres maisons.